Regardez le dessin ci-contre.

Que voyez-vous?

Alors vous savez ce que la désorientation!

La désorientation  est un état d’esprit dans lequel notre perception ne correspond pas aux faits
et à la situation extérieure. Elle perturbe le processus de réflexion d’un aspect supplémentaire.  La réflexion cesse de se dérouler dans le seul domaine du figuratif pour passer dans le domaine du sensitif : le cerveau cesse de voir ce que les yeux voient, d’entendre ce que les oreilles entendent, le corps cesse de ressentir ce que les sens communiquent, et commence à sentir, voir, entendre ce qui se passe dans l’esprit. La désorientation change la perception, la personne commence à ressentir ses pensées comme si elles étaient la réalité.

Ce mécanisme qui altère la perception est utilisé pour reconnaître les objets extérieurs et les événements dans l’environnement direct. C’est une réponse automatique à l’état de confusion.

La confusion n’arrive pas qu’aux dyslexiques. Cet état d’esprit naturel se produit dans les situations où notre cerveau est surchargé de pensées ou de stimuli. Il apparaît également lorsque le cerveau reçoit des informations contradictoires des différents sens et essaie de faire correspondre les uns aux autres. Un exemple basique est l’étourdissement qu’on éprouve  après avoir tourné vivement 10 fois sur soi-même. D’autres sont : le mal de transport, la sensation de chute dans un ascenseur en marche ou au bord d’un précipice…

«En état de désorientation, le cerveau perçoit un mouvement qui en fait n’existe pas ou sent un mouvement, alors qu’il n’y en a pas. Le cerveau altère la perception du réel, et nous, nous le sentons comme si cela était réel. En état de désorientation tous les sens peuvent recevoir des impressions déformées. »  (Ronald Davis, Don de dyslexie, 2001, p.37).

Il arrive donc à votre enfant d’assimiler des informations fausses, à cause de perceptions altérées par la désorientation et c’est à partir de ce moment-là qu’il commence à faire des erreurs. Avez-vous peut-être remarqué que, parfois, quand il a appris quelque chose d’incorrect,  ou qu’il  apprend dans des conditions de désorientation, il vous dira que c’est vous ou son professeur qui lui a inculqué ces éléments erronés, à moins que ce ne soit son manuel qui contiendrait ces informations incorrectes ! J’ajoute que la désorientation provoquée par des symboles est beaucoup plus désagréable que celle engendrée par votre enfant quand il  crée ou rêve de quelque chose. Alors ne soyez pas surpris de voir que dans votre maison il y a parfois des cris et des pleurs, car personne n’aime les vertiges ou la nausée.

Les dyslexiques éprouvent un sentiment de désorientation plus souvent que les autres, et en plus, ils l’induisent sans le savoir. En effet, cela leur donne une perception multidimensionnelle, des images multipliées du monde,  grâce auxquelles ils perçoivent les choses sous des angles différents et peuvent donc en puiser plus d’informations que d’autres personnes. Leur monde devient plus riche et cela leur permet aussi de comprendre, plus facilement que d’autres, certaines choses complexes. En introduisant la désorientation à leur processus de pensée,  les dyslexiques évitent la confusion lors de la reconnaissance d’objets tridimensionnels, de sons et de stimuli tactiles qui autrement ne seraient pas reconnus.

« Ils profitent également de la perception modifiée qui accompagne la désorientation pour ouvrir l’imagination créatrice: utilisée pour résoudre un problème par la pensée non verbale, elle est appelée l’intuition, l’invention ou l’inspiration; utilisée pour le plaisir, elle est connue comme la fantaisie ou le rêve. « (Ronald Davis, Don de dyslexie, 2001, p.28)

Mais revenons à ces lunettes de pensée 3D … ne faudrait-il pas, tout simplement, les enlever du «nez» de votre enfant pour lui faciliter l’apprentissage? Peut-être faudrait-il lui interdire d’une manière ou d’une autre la désorientation ? Après tout, vous voulez qu’il soit comme les autres enfants, qu’il n’ait aucune difficulté à l’école, et vous avoir la tranquillité. Oui, mais qu’en deviendrait-il de cette richesse de pensée, de cette créativité, de cette ingéniosité qui bouscule?

Il serait peut-être dommage de le priver  de toute son imagination. Et franchement, on peut  lui apprendre à prévenir et à contrôler la désorientation, mais on ne peut pas la lui interdire. C’est un automatisme, votre enfant pense tout simplement comme ça, depuis son plus jeune âge.

 

 

Les symptômes de désorientation